Accueil National Economie BCT : la masse monétaire évolue de 7,6% en avril 2017

BCT : la masse monétaire évolue de 7,6% en avril 2017

8
PARTAGER

La masse monétaire (M3) s’est accrue de 7,6% à la fin du mois d’avril 2017, en glissement annuel (g.a), contre 5,6%, en mars 2017 et 5,8% une année auparavant, selon le rapport de la Banque Centrale de Tunisie (BCT) sur les évolutions monétaires et conjoncturelles publié au cours du mois de mai 2017.

Cette amélioration reflète principalement l’accélération des concours à l’économie (+9,8% en avril 2017, contre +7,4% il y a un an) et la reprise des créances nettes sur l’extérieur (+547 MD contre -4.085 MD, au cours de la même période de 2016). Cependant, les créances nettes sur l’Etat se sont légèrement ralenties (+19,5% en g.a contre +20%).
Quant aux ressources monétaires, elles se sont inscrites en hausse, en mars et avril 2017, et ce, après la baisse enregistrée, durant les deux premiers mois de l’année en cours.
Cette évolution porte la marque d’une importante hausse des dépôts à vue chez les banques et d’une reprise, en avril, des certificats de dépôts et des billets et monnaie en circulation.
L’épargne des ménages a connu un ralentissement après la nette reprise observée tout au long de l’année 2016.
Pour ce qui est des crédits à l’économie, ils ont progressé de 788 MD, en avril 2017, après une progression importante de 1,241 MD enregistrée, au mois précédent. En glissement annuel, ils ont évolué au rythme de +9,7%, contre +7,2%, une année auparavant.
L’examen de la situation de la liquidité bancaire fait apparaître une accentuation du besoin de liquidité, en avril 2017.
Cette évolution est due à l’effet restrictif provenant, principalement, de l’encaissement de recettes fiscales relatives, au mois de mars, dont notamment, la première tranche de la contribution exceptionnelle au profit du budget de l’Etat prévue dans la Loi de Finances 2017, ainsi que le recours accru des banques à l’achat de devises, auprès de la BCT pour financer les importations des agents économiques.